L’école de la République.

Avant les réformes de Jules Ferry, les de France avaient une école, mais il fallait pour la fréquenter. L’école n’était souvent qu’une maison ordinaire. Les élèves ne venaient en classe qu’à la , quand les travaux des champs ne les retenaient pas. Le maître d'école faisait à la fois les fonctions de sacristain et de fossoyeur. Il balayait l'église, sonnait les cloches, apprenait le aux enfants. Livres et cahiers étaient presque inconnus. L’hiver, chacun apportait sa pour chauffer la salle de classe où l'on travaillait souvent sur ses genoux, faute de .
Les réformes de Jules Ferry fondèrent l’école républicaine. Gratuité, obligation, laïcité, pour tous les enfants de la République, quelles que soient les opinions ou politiques des familles. L’école devient . Les communes et l’état prennent en charge les dépenses d’éducation. L’école devient . Les enfants, garçons et filles, de 6 à 13 ans, doivent fréquenter l’école. L’usage des manuels se généralise. Les meilleurs élèves obtiennent le certificat d’Etude Primaires. Désormais les programmes de l’enseignement furent partout en France. L’école devient . L’éducation religieuse n’est plus dispensée à l’école. Mais les instituteurs donnent à leurs élèves une civique et morale. Les instituteurs forment des citoyens éclairés et respectueux des de la République.
Les études secondaires et supérieures demeurent payantes. Elles restent réservées aux enfants issus de milieux . L’instituteur est un homme , formé dans des écoles spéciales, et écouté par la population. Il est souvent aussi secrétaire de mairie et à ce titre administre la commune avec le maire.