Les campagnes au Moyen Age

La population de la France passe d’environ 10 millions d’habitants à plus de 20 millions entre l’an 1000 et 1300. Pour la nourrir il faut donc agrandir les surfaces cultivables en . Il faut aussi produire davantage. Mais le plus souvent les paysans utilisent des outils : houes, charrue de bois, faucille. Ils cultivent de l’avoine, du froment, de l’orge ou des fèves. Faute d’, ils pratiquent la . C’est la rotation des cultures et de la terre qui est au repos un an sur trois. La terre retrouve ainsi une certaine .
Ils confectionnent leurs vêtements de toiles grossières se nourrissent de pain noir, le meilleur des récoltes allant au .
Les terres appartiennent au seigneur. Les habitants des campagnes n’ont aucune . Ils sont contraints de cultiver les terres seigneuriales, de verser les , le cens, sous forme de produits (céréales, animaux, tissus) ou de travail (les corvées). On les appelle les . Ils ne peuvent se marier ni hériter sans l’autorisation du seigneur et sans le payement des taxes.
Ils sont vendus avec le domaine comme du .
Dominé par le château du seigneur, le village se regroupe autour du cimetière et de .Les maisons sont différentes selon les régions. Construites en bois ou en pierre, elles sont souvent réduites à une seule occupée par la famille et les .
Quand la récolte est mauvaise, les gens meurent par milliers, c’est la . De même lors des , la peste noire tuera un tiers de la population de l’Europe au milieu du XIV siècle. Autre fléau, les incessantes entre les seigneurs, les chaumières sont incendiées, les récoltes volées, les paysans et leurs familles massacrées s’ils n’ont pas eu le temps de se réfugier dans du château.